Restauration de la crosse et de l'avant-bois (longuesse) d'un Winchester 1886.

(Text being translated)

 

La première opération consiste à nettoyer le bois de tout ce qui le recouvre, cire, vieux verni, crasse, etc..

Le plus simple est de se procurer un bon décapant dans un magasin de bricolage; il en existe de toutes marques.

Après nettoyage sommaire à la térébenthine, mettre une bonne couche de décapant, attendre 1/4 heure (voir mode d'emploi) et enlever le plus gros à la spatule. Puis passer sous l'eau tiède et rincer abondamment (mettre des gants).

Le bois est maintenant bien propre, c'est le moment de l'examiner avec attention, il existe de nombreuses techniques pour restaurer une crosse abîmée mais chacune de ces techniques est liées à l'origine du défaut, à sa forme er à son  importance.

Voici en vrac quelques techniques:

1) Injection d'eau. (C'est la plus difficile mais la meilleure des techniques)

2) Ponçage léger sur colle blanche.

3) Pâte faite avec de la poussière du bois et de la colle blanche.

4) Ponçage (Le moins possible !)

5) Fabrication d'enture et/ou d'une  tige de bois similaire à celui de la crosse.

Les bois visibles sur les photos ci-dessous et que nous allons restaurer montrent de nombreux coups et blessures différents.

Un très grand et très profond coup mais qui la chance d'être "à fond doux", de nombreux coups petits et aigus, des griffes et des éclats de bois manquants.

Le coup le plus visible est celui montré par les photos ci-dessous, il est profond mais nous avons la chance qu'il est "à fond doux".

 

Photo 1 - Avant restauration

 

Photo 2 - Après restauration

 

Qu'est ce que cela veux dire?

Cela signifie que malgré la profondeur du coup les fibres du bois ne sont pas cassées, elles son enfoncées. Quand un coup est donné avec un objet possédant une arête vive, les fibres du bois sont cassées, au contraire avec un choc sur un objet rond, les fibres s'enfonce mais ne sont pas cassées, ce qui nous arrange !!

On va donc utiliser la technique 1) de l'injection d'eau.

Pour cela il faut une lame très tranchante, par exemple un lame de rasoir ou un scalpel.

On va faire des lignes profondes, dans le sens du fil du bois, dans tout le creux du défaut.

Puis, avec une petite pointe en bois, un cure-dent par exemple, mettre un tout petit peu d'eau dans les "veines ouvertes" qu'on a créé dans le fond du creux.

Pourquoi " un PETIT peu d'eau" ?

Parce que l'eau va faire gonfler le bois mais qu'il ne faut le faire gonfler QUE là où il y a un enfoncement !

Si l'eau se répands hors du défaut il faut l'enlever et sécher rapidement le tout avant de recommencer, sous peine de travailler pour rien.

Pour le défaut montré sur la photo 1 j'ai remis de l'eau 42 fois et j'ai refais l'ouverture des veine du bois une bonne dizaine de fois.

C'est pour cela qu'en énumérant les techniques j'ai écrit " C'est la plus difficile mais la meilleure des techniques", j'aurais dû ajouter : "mais la plus longue" !

Pour faire cela il faut une grande précision et beaucoup de patience.

Les autres défauts sont surtout de petits coups pointus.

Je vais essayer la technique d'injection d'eau mais je sais qu'il y a peu de chance que cela donne un résultat. Je vais aussi utiliser de l'acide oxalique, il a la capacité de blanchir et, en addition avec l'eau, de diminuer les traces noires sur les bords des coups en question.

Après cela j'utilise les techniques 2) et 3) suivant la profondeur des défauts.

Pour les griffes et défauts peu profonds, la technique 2).

Dans le défauts je mets un tout petit de colle blanche (Avec un cure-dent), avec un papier de verre très fin (minimum 200) je ponce légèrement à coté du défaut en inclinant la pièce pour que la poussière générée aille se mettre sur la colle. Quand on ne voit plus la colle on se rapproche et on ponce par dessus. On laisse la poussière en place, on ne souffle pas dessus !

Un quart d'heure plus tard on peut enlever l'excédent de poussière et recommencer le nombre de fois nécessaire pour combler le défaut. Comme il s'agit de défauts de peu de profondeur je n'ai du le faire que deux ou trois fois.

Pour les creux plus profond j'utilise la technique 3).

Je mélange de la poussière de bois récupérée lors de la technique précédente avec de la colle blanche. Le mélange doit être bien homogène. On le mets dans les trous en faisant une légère bosse, le mélange va se restreindre.

Attendre le lendemain pour poncer "à blanc".

Après ça j'ai passé l'entièreté avec un éponge à polir (grain 1000), j'ai teinté légèrement et j'ai mis trois couches de vernis brillant.

 

Avant restauration

 

Après restauration

 

Avant restauration

 

Après restauration

 

Avant restauration

 

Après restauration

 

J'epère que ces quelques explications vous aideront à restaurer les bois de votre arme.

Je suis ébéniste de métier, si vous avez besoin de conseil ou si vous désirez me confier un travail de ce genre, n'hésitez pas à me contacter :

alantrigger01@hotmail.com

 

 

Back to "RESTORATION OF WEAPONS"