Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Rissack Jean-Jacques

Voici un intéressant pistolet de Jean-Jacques Rissack : il a très vraisemblablement été modifié pour pouvoir tirer des cartouches à douilles comme on le lira plus loin.

Il n’y a qu’un marquage : JJ Rissack Breveté, et un poinçon, ELG sur étoile dans un ovale, le classique poinçon d’acceptation utilisé jusqu’en 1893. Le canon se dévisse pour introduire la balle/cartouche. La vis sous le canon est une sûreté : il faut la dévisser un peu pour que le chien puisse actionner l’aiguille, devenue percuteur.

Le site littlegun a déjà largement évoqué Jean-Jacques Rissack

On voit à la fin de cette notice une planche sortie du brevet AC5407 du 25 novembre 1850, en fait un perfectionnement du brevet AC5327 du 25 septembre de la même année. Lequel brevet rassemblait la balle, la poudre dans l’évidement de la balle et l’amorce (soit l’ancêtre de certaines cartouches actuelles sans douille). Il fallait donc à chaque coup dévisser le canon avec un outil « ad hoc » et introduire l’ensemble balle/poudre/amorce. Le chien faisait avancer une aiguille qui touchait l’amorce, qui agissait sur la poudre et faisait partir la balle. Inutile de dire qu’étant donné la faible quantité de poudre, la portée et la puissance étaient fort limitées.

On voit bien ici que l’aiguille a été raccourcie/limée pour en faire un percuteur « classique » venant frapper l’arrière d’une douille. On peut donc penser qu’il s’agit d’une arme qui a été utilisée « un certain temps » dans son état originel, conservée quelques années dans un tiroir ou l’autre et ressortie pour être adaptée à l’évolution de la mise à feu, à savoir l’utilisation de cartouches à douille. Selon les principes autrefois bien connus : « on ne jette rien, on récupère tout, cela pourra encore servir… »

Quant à la munition utilisée par ce pistolet… il y en a eu plusieurs dans les calibres « tournant » autour du 7 mm mesuré par l’heureux propriétaire.

GP avec l’aide de HPH, Dirk Ziesing et Richard Cootmans.

Retour "Collection privée "