Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Charles Philibert Clément

Il s’agit d’un revolver à percussion centrale et à cadre fermé de type CONSTABULARY, le barillet non cannelé est à 6 coups de gros calibre, du 11 mm.

Le canon est rond avec un guidon en demi-lune.

Un cran de mire est creusé dans la partie supérieure de la carcasse devant le chien.

La platine est à double mouvement et à chien rebondissant type Warnant.

Un levier de blocage du barillet est placé sur la face gauche de la carcasse et est fixé par une vis pivot située juste au-dessus de la partie avant du pontet.

A l’arrière, le bras se termine par un aplat frottant sur un arrêt, ce qui permet de placer le tout en position basse ;

Ainsi, le crochet peut entrer dans une des chambres rendant ainsi impossible la rotation du barillet.

Relevé en position haute, le crochet libère la chambre.

Une flèche entourée des chiffres 1 et 2 est gravée sur le barillet indiquant l’emplacement des deux premières cartouches obligatoirement à blanc, à l’instar des gardiens de prisons belges avec leur revolver NAGANT dit « gardien de prison ».

L’alimentation se pratique par une portière basculant à droite et placée sur la face droite de la carcasse.

Sous le canon, une baguette pivotante se logeant dans l’axe du barillet, est prévue pour retirer les douilles.

La poignée comporte deux plaquettes de bois de noyer quadrillé et se termine par une calotte métallique.

L’arme porte les poinçons du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

Y sous couronne : contremarque du contrôleur en usage de 1853 à 1877.

Les autres marques sont :

C. CLEMENT Bte : Charles Philibert CLEMENT rue Chéri à LIEGE était un fabricant d’armes réputé à Liège (voir l’historique sur la page CLEMENT sur notre site)

 En conclusion ce revolver aussi appelé "revolver de facteur" est une arme assez méconnue dans sa version "agent des postes" et sa sûreté enrayant le cylindre et dont la présence pour le moins gênante, ne se justifiait que par le règlement interne des Postes obligeant un chargement à blanc pour les deux premiers coups.

GG

Retour "MA COLLECTION"