Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

 

Dieudonné Debouxthay

Il s’agit d’un revolver à percussion centrale et cadre fermé. Le barillet cannelé à 6 chambres si j’ai bien vu, semble plus long que d’habitude, ce qui me laisse à penser qu’il s’agirait d’un calibre 6mm vélo-dog ce qui n’est pas aisé à contrôle sur photo. Le canon est à huit pans avec guidon en demi-lune.

Les plaquettes de crosse sont en bois de noyer quadrillé et réunies par une vis transversale et deux rosettes.

Cette sûreté de chien est une quasi constante des révolvers DEBOUXTHAY. Cette invention a fait l’objet de plusieurs brevets, à savoir :

119456 du 31.01.1896 – brevet d’invention.

125050 du 15.10.1896 – brevet de perfectionnement.

149394 du 29.04.1900 – idem.

D’autre part, l’arme porte les poinçons du banc d’épreuves de LIEGE, à savoir :

ELG* dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

W* : contremarque du contrôleur post 1877.

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre sans fumée, en usage de 1898 à 1968.

R couronné : canon rayé ». En usage de 1894 à 1968.

L’arme porte également les marques suivantes :

L couronné sur la face interne du barillet. Il s’agit d’une marque non identifiée à ce jour et qui pourrait-être une marque d’un fabricant-fondeur de barillets ?

D.D. Bté : marque de Dieudonné DEBOUXTHAY. (Voir sa fiche sur le site).

GG

Le petit levier à côté du chien agit comme une portière Abadie, quand on le baisse le chien ne bouge plus quand on appuie sur la détente mais le barillet tourne !

Voir photos

Alain

Dieudonné Debouxthay

Revolver à percussion centrale et à cadre fermé.

Le canon d’acier est à 8 pans avec guidons en demi-lune.

Le chien est muni d’une petite pédale de sécurité automatique propre au fabricant Dieudonné DEBOUXTHAY qui est l’inventeur de ce système par un brevet déposé le 14 avril 1900 (voir dessin technique annexé).

Une fois manœuvrée vers le bas, la pédale pivote et se loge dans l’encoche de la carcasse bloquant ainsi le chien tout en laissant libre la rotation du barillet.

L’alimentation se pratique par la portière latérale droite basculant vers l’arrière formant ainsi blocage du barillet dans le style Abadie.

La baguette de déchargement une fois sortie de son logement laisse la console libre de pivoter seule grâce à son ressort, elle met automatiquement le logement à décharger dans l’alignement adéquat.

La détente recourbée et lisse est protégée d’un pontet.

La crosse est munie semble-t-il de deux plaquettes en gutta-percha ou caoutchouc durci moulé et quadrillé avec rosettes en étoile.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale couronné : acceptation post 1893.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

Double P inversés et étoilés : contremarque du contrôleur post 1877.

Les marques

La marque de fabrique DD BTE est frappée sur le flanc gauche de la console et est attribuable à Dieudonné DEBOUXTHAY, armurier fabricant, rue Saint Léonard, 447 à LIEGE. Il était inscrit au banc d’épreuves de 1879 à 1934). Il est l’auteur de six brevets relatifs à des sûretés de revolvers et des perfectionnements apportés aux baguettes de revolvers.

L couronné sur le barillet : cette marque n’a encore pu être identifiée, elle n’appartient pas au banc d’épreuves. D’aucun pensent qu’il pourrait s’agir d’une marque de fonderie ?

La deuxième annexe est une page extraite du catalogue DEBOUXTHAY et montrant ce type d’arme dans ses déclinaisons.

GG

Retour "MA COLLECTION"