LEVAUX Guillaume

Il s’agit du bien connu revolver LEVAUX mais en format de poche.

Il s’agit donc d’un modèle « top break » de calibre 320.

La détente sans pontet est repliable sous le bâti.

Le canon est à huit pans.

Le barillet non cannelé est à 6 drageoirs.

L’extraction simultanée des douilles se fait par un système à disque.

Les crossettes sont en ébène.

Les poinçons sont ceux du banc d’épreuves liégeois, à savoir :

ELG étoilé dans un ovale : acceptation de 1846 à 1893.

G couronné : contremarque du contrôleur, en usage de 1853 à 1877.

Les marquages sont :

ACIER FONDU : sans commentaire.

DDL BREVETE : indique la propriété intellectuelle de Dieudonné LEVAUX.

LEPAGE FRERES A PARIS : il s’agit du marquage du revendeur parisien.

G. LEVAUX : marque de Guillaume Levaux (né en 1844) également armurier et qui était le frère de Dieudonné. Il est vraisemblable qu’il sous-traitait une partie de la production de son frère.

Les autres lettres sur les montants de crosse me sont inconnues et sont en toute vraisemblance des marquages de sous-traitants liégeois.

L’inventeur LEVAUX Dieudonné (vie de 1845 à 1913) épx STAS était fabricant à Liège (Blegny-Trembleur) .Son arme sera brevetée le 30.11.1870 sous le n° 028279 et sera suivie d’une dizaine d’autres brevets. Dès 1870 Dieudonné travaille seul et signe DDL Bté, vers 1880, il s’associe avec son frère Jean Mathieu (1853/1827) et le marquage devient LEVAUX Frères.

GG

Retour "MA COLLECTION"