François Martin

Voilà un petit revolver 7 mm à broche et à cadre ouvert bien souvent rencontré à Liège où il a été fabriqué en centaines de milliers d’exemplaires par la plupart des fabricants.

Cet exemplaire fort usé et incomplet a vraisemblablement connu de plus beaux jours puisqu’il porte une gravure de feuilles de vignes en fond creux.

Le canon est hexagonal au tonnerre puis rond jusqu’à la bouche.

La baguette et le guidon manquent à l’appel !

La détente sans pontet est repliable sous le bâti.

L’alimentation se pratique par une portière latérale s’ouvrant grâce à une petite pédale à presser.

La crosse en forme de poire est constituée de deux plaquettes quadrillées en bois de noyer.

Elles sont maintenues par une vis et deux rosettes à oreilles.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale vertical : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

N sommé d’une couronne : contremarque du contrôleur en usage de 1853 à 1877. 

Par simple déduction, l’arme a donc été fabriquée entre 1853 et 1877.

L’inventeur

Le sommet de la console porte une inscription fortement effacée où je pense discerner la mention E. LEFAUCHEUX INVENTEUR BREVETE, le fabricant aura vraisemblablement payé des droits à l’inventeur pour éviter un procès en contrefaçon.

Le fabricant

Le montant métallique de crosse porte la mention également partiellement effacée OIS MARTIN. Il pourrait s’agir du fabricant François MARTIN fabricant d’armes à Dalhem (province de Liège).

Connu entre 1864 et 1905, pour le dépôt de six brevets belges concernant les revolvers.

GG

Retour "MA COLLECTION"