MEYERS-COUNE Henri

Il s’agit très vraisemblablement d’un pistolet de vénerie et/ou de braconnage à brisure de type Flobert..

L’arme se brise en deux grâce à l’action de la clé serpent placée sur le flanc droit (voir extrait du catalogue RAICK en annexe).

Le canon à huit pans est lisse donc réservé au tir à plombs !

Le calibre est de 12 mm comme le signale le poinçon du banc d’épreuves (voir ci-dessous).

Les plaquettes sont en bois (de noyer ?) réunies par une vis transversales et deux rosettes.

L’arme porte les poinçons du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG étoilé dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

Perron : inspection post 1853.

R étoilé : contremarque du contrôleur post 1877.

12M C dans un losange sur pointe : calibre 12 mm, en usage de 1898 à 1924.

D’autre part, l’arme porte la marque de MEYERS-COUNE Henri, fabricant d’armes à CHERATTE (Liège).

En 1913, l’intéressé dépose deux brevets belges pour un système de pistolet automatique par déflagration des gaz combinant le recul en trois endroits et à mouvement de détente inverse ainsi qu’un nouveau dispositif applicable aux armes automatique.

Il est impossible de dire en quelle quantité ce type d’arme a été fabriqué, mais vraisemblablement des milliers car il s’agit d’un modèle courant avec parfois des différences peu importantes. Cette arme a été fabriquée entre 1898 et 1924.

 GG

Meyers-Coune Henri

MEYERS-COUNE Henri armurier à Cheratte, en 1913 il dépose deux brevets en Belgique pour un pistolet automatique par déflagration de gaz combinant le recul en trois endroits et à mouvement de détente inverse ainsi qu'un nouveau dispositif applicable aux armes automatiques.

Ton arme est un pistolet de tir de type Flobert qui n'a rien à voir avec les brevets ci-dessus.

J'ai oublié de dire, ton arme : à détente mexicaine ! Mais oui !

GG

Retour "MA COLLECTION"