Meyers

L’arme

Petite arme de poche ou de gousset mono-coup. Le canon rayé à balustre (partie ronde et partie à pans) porte le cran de mire fixé à queue d’aronde. Il bascule vers l’avant (à brisure) pour permettre le chargement/déchargement. L’ouverture fait reculer l’extracteur.

La détente à ergot est de type "à la mexicaine". Le calibre est de 22L Flobert ou 5,5 mm.

La carcasse est gravée de feuillage et ce y compris sur le dos métallique de la poignée.

Celle-ci est constituée de deux plaquettes de bois (noyer ?) quadrillées maintenues par une vis centrale et deux rosettes.

Les poinçons

L’arme porte deux poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

Perron : inspection post 1853.

A sous étoile : contremarque du contrôleur post 1877.

ELG sur étoile dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

Le fabricant

Sur le montant métallique de crosse la marque MEYERS est frappée, il s’agit d’une marque de fabricant liégeois bien entendu. Le problème est qu’aucune initiale de prénom n’est visible, or je relève 4 MEYERS actifs dans la 2e partie du 19ième siècle, à savoir :

MEYERS Guillaume de Cheratte qui a déposé 4 brevets de 1887 à 1910.

MEYERS Guillaume Joseph, fabricant d’armes à Liège, qui a déposé 7 brevets de 1866 à 1879.

MEYERS H.J. de Cheratte, qui a déposé 2 brevets de 1894 à 1898.

MEYERS-COUNE, Henri, fabricant d’armes à Cheratte qui a déposé 2 brevets en 1913. 

Vous constatez par vous-même que de déterminer qui est le fabricant de cette arme n’est pas chose aisée, d’autant que la conservation d’archives n’était pas une priorité première de ces artisans.

Les initiales JB sur ce même montant sont non identifiées et appartiennent très vraisemblablement à un sous-traitant.

GG

Retour "MA COLLECTION"