Adrien Pliers

Le mécanisme de cette arme est tout à fait étonnant.

La "rondelle" qui se trouve à l'arrière n'est pas un bouclier !

En fait le mécanisme de l'arme ne manipule pas directement le barillet, ni en rotation, ni en blocage, d’ailleurs le barillet n’a pas de came et il n’y a pas d’élévateur !!

Le mécanisme fait tourner le plateau cranté et c'est celui-ci qui transmet le mouvement (et le blocage en bonne place) au barillet par le fait que la broche que l'on voit sur la photo 5 se positionne dans le trou de la rondelle visible sur la photo 4.

Pour ce qui est du mécanisme de chargement et de déchargement, je ne vous ferai pas l'insulte de vous expliquer quoi que ce soit !

En fait ce que j’appelle "plateau cranté" est pourvu d'un trou (photo 4), trou dans lequel vient se loger la broche dépassant du barillet (photo 5). Quand le barillet est "embrayé" par ce système, il obéit aux déplacements du plateau cranté.

Etonnant, non ?

C’est la première fois que je vois un revolver à broche équipé de ce système. Ce mécanisme comportant un disque arrière tournant qui entraîne le barillet se retrouve sur les Colt Paterson, les tout premiers S&W 1st variant, le Wesson & Leavitt, mais je ne l'avais encore jamais vu sur un revolver liégeois.

Ce genre de mécanisme évite de devoir fabriquer un rochet, pièce difficile à usiner à l'époque.

Il faudrait en faire un petit article pour le site.

Question technique lancinante: Comment le mouvement d'avant en arrière du chien et de la détente dans un plan longitudinal est-il transformé en mouvement latéral faisant tourner le disque d'entraînement du cylindre ?

Dans le W&L ce sont deux pignons placés perpendiculairement sans élévateur, dans le Colt Paterson et le S&W c'est un élévateur qui fait tourner le disque et non le barillet.

Ce Pliers n'ayant pas d'élévateur ni sans doute de pignons, je suis curieux de savoir comment ça marche.

Marcel et Alain

Retour "MA COLLECTION"