Troisfontaines N. J. fils

L’arme

Il s’agit d’un très classique revolver à broche et à cadre ouvert de type Lefaucheux fabriqué en centaines de milliers d’exemplaires par la plupart des armuriers liégeois.

Ce revolver est de calibre 7 mm et à 6 coups.

Le barillet à broche est lisse, à six chambres ?

Le canon est à 8 pans avec un guidon en grain d’orge à base surélevée pour que la ligne de mire passe au dessus du chien armé.

La détente repliable est sans pontet.

La crosse est constituée de deux plaquettes quadrillées en bois de noyer maintenues par une vis et deux rosettes à oreilles.

Le chargement se pratique par la portière latérale à pédale.

La baguette coulisse dans un guide intégré à la console et est maintenue par un petit ressort à lame.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons partiellement effacés mais encore identifiables du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale vertical : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

N sommé d’une couronne : contremarque du contrôleur, en usage de 1853 à 1877 (période de fabrication de cette arme).

Le fabricant

Celui-ci n’a pas laissé de marque identifiable avec certitude comme cela devait être le cas à l’époque du vivant de celui-ci. Actuellement, les renseignements se sont dilués dans le temps et il est bien difficile d’être affirmatif en l’absence de toute étude sérieuse sur le sujet. Bref les lettres NJT frappées sur un montant de crosse pourraient, en toute hypothèse, appartenir à TROISFONTAINES N.J. fils, armurier à Trembleur (province de Liège) lequel est connu par un brevet déposé en 1863 pour un mode de chargement des pistolets écossais.

Les lettres N.J. me sont inconnues, il s’agit vraisemblablement d’un marquage de sous-traitant.

GG

Retour "MA COLLECTION"